Les dents de sagesse

Les dents de sagesse, ou troisièmes molaires, sont les dernières dents à se développer et à apparaître dans la bouche. On les appelle ainsi parce qu’elles se présentent habituellement à la fin de l’adolescence ou au début de la vingtaine, tranche d’âge que l’on surnomme «âge de la sagesse». Les mâchoires des humains d’aujourd’hui sont rarement assez larges pour accueillir les quatre dents de sagesse. C’est d’ailleurs pour cette raison que les dents de sagesse causent beaucoup plus de problèmes que les autres dents. En fait, chez neuf personnes sur dix, au moins une dent de sagesse reste sous la gencive en raison d’un manque d’espace dans la bouche.

Les dents de sagesse incluses

Quand l’éruption ou la sortie normale d’une dent de sagesse est entravée, cette dent est dite «incluse». Une dent peut être partiellement incluse, c’est-à-dire qu’elle pousse croche et sort en partie de la gencive, ou elle peut être incapable de percer la gencive tout simplement et ainsi demeurer complètement incluse. Une dent semi-incluse peut donner lieu à de graves problèmes, tels que de la douleur et de l’infection, du chevauchement et peut même causer des dommages aux dents adjacentes.

Les nombreux problèmes attribués aux dents de sagesse peuvent se présenter avec aucun ou peu de symptômes. Aussi peuvent-ils causer des dommages importants sans que vous ne vous en rendiez compte. Il est essentiel de savoir que plus les dents de sagesse poussent, plus leurs racines deviennent longues et plus l’os de la mâchoire devient dense. Ainsi, plus la personne vieillit, plus il devient compliqué d’enlever les dents de sagesse et plus les complications peuvent être graves. Et enfin, plus la personne avance en âge, plus les symptômes mentionnés ci-dessus ont de chances d’apparaître. Pour ces raisons, le chirurgien peut recommander l’ablation des dents de sagesse même si celles-ci n’ont pas encore causé de problèmes apparents, et ce, particulièrement chez les jeunes adultes.

Avant la chirurgie

Consultation et examen

Un questionnaire sur vos antécédents médicaux sera révisé avec vous. Celui-ci portera sur les allergies, les médicaments ou les problèmes de santé susceptibles de modifier la chirurgie et/ou l’administration de l’anesthésie. Il est important de fournir tous les renseignements nécessaires, particulièrement si vous prenez des médicaments, afin que le chirurgien ait une information pertinente, récente et complète de votre état de santé avant de recommander toute chirurgie.

Avant que le chirurgien puisse déterminer si vos dents de sagesse doivent être extraites, il fera un examen de votre bouche et discutera des résultats avec vous. Cet examen nécessitera des radiographies (en deux ou trois dimensions, selon votre cas), lesquelles pourront montrer la présence de dents incluses et révéler des détails importants comme, entre autres, des racines courbées, la proximité des racines de chaque dent par rapport aux nerfs ainsi que d’autres caractéristiques anatomiques qui ne peuvent être perçues à l’œil nu.

Durant la chirurgie

L’anesthésie

Les techniques d’anesthésie modernes permettent maintenant d’effectuer une chirurgie complexe en bureau sans inconfort. On utilise généralement les deux techniques suivantes afin de contrôler la douleur et l’anxiété :

  • anesthésie locale pour engourdir la région chirurgicale;
  • sédation intraveineuse pour vous endormir. Seuls des spécialistes certifiés, comme ceux de Montréal Maxillo-Facial, peuvent utiliser cette technique.

Votre chirurgien vous expliquera en détail le type d’anesthésie qui répond le mieux à vos besoins.