La chirurgie orthognatique

Le visage constitue probablement l’une des parties les plus importantes du corps. Non seulement il est le point central de l’apparence, mais il est le siège de plusieurs fonctions quotidiennes essentielles à une bonne santé, telles que manger, respirer, sentir, goûter et parler.

Parmi les os du visage se trouvent les maxillaires supérieur et inférieur, dits maxillaire et mandibule. Ils supportent les dents et assurent une mastication, une déglutition et une élocution adéquates. Tout comme d’autres os du visage, ils soutiennent les tissus mous qui définissent les traits individuels. Les dimensions fonctionnelles et esthétiques sont si étroitement liées dans cette région qu’elles demeurent souvent inséparables. Une déficience ou un excès de la mâchoire peut gêner la mastication et la respiration et nuire à l’esthétique. On peut corriger ces problèmes en réalignant les structures, une intervention que l’on appelle chirurgie orthognatique (orthos = droit, correct; gnathos = mâchoire).

La chirurgie orthognatique s’impose lorsque les mâchoires et les dents ne correspondent pas bien ou sont mal alignées. On rectifie la position des dents à l’aide de broches (appareil orthodontique) et on réaligne les mâchoires par une chirurgie correctrice. Ce traitement, dont le premier objectif consiste à redonner aux dents une position et une fonctionnalité adéquates, peut aussi améliorer l’apparence du visage.

À qui s’adresse la chirurgie orthognatique?

La chirurgie orthognatique s’adresse aux personnes dont l’occlusion est inadéquate ou les mâchoires sont désalignées. Dans la plupart des cas, le désalignement des mâchoires est dû à des vitesses de croissance différentes. Parfois, des fractures de la mâchoire ou une déficience congénitale en sont à l’origine.

Les personnes qui doivent subir une chirurgie orthognatique présentent souvent un ou plusieurs des problèmes suivants :

  • difficultés à mâcher, mordre ou avaler;
  • problèmes d’élocution;
  • douleurs chroniques au niveau de la mâchoire ou de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM);
  • béance (mauvais contact entre les incisives);
  • mâchoire saillante ou reculée;
  • problèmes respiratoires comme l’apnée du sommeil.

Avant la chirurgie

Les orthodontistes réfèrent les patients à notre cabinet lorsqu’ils prévoient que les broches donneront un meilleur résultat au niveau de l’occlusion ou de l’alignement des mâchoires si elles sont utilisées en conjonction avec une chirurgie orthognatique. Toutefois, nous recevons souvent des patients qui n’ont pas consulté d’orthodontiste au préalable. Si la chirurgie s’impose, nous les référons à un orthodontiste dans leur localité. De nos jours, il est rare d’effectuer une chirurgie orthognatique sans la pose conjointe de broches.

Lors de votre première visite, nous passerons en revue les objectifs de la chirurgie, les procédures recommandées, les risques potentiels, les avantages et les alternatives à la chirurgie orthognatique. Votre chirurgien enverra un compte rendu de l’examen et ses recommandations à votre orthodontiste traitant.

Durant le processus, n’hésitez pas à poser les questions que vous pourriez avoir sur le traitement. C’est en comprenant tous les aspects que vous pourrez en bénéficier pleinement.

Les étapes du traitement

Bien que chaque cas soit différent, le traitement se déroulera habituellement en trois étapes :

  1. Orthodontie pré-chirurgicale : l’orthodontiste procédera au redressement des dents, souvent sans tenir compte de l’occlusion. Les dents de sagesse doivent souvent être extraites durant cette période. En général, il faudra porter des broches pendant 12 à 24 mois, après quoi l’orthodontiste vous informera, vous et le chirurgien, que vous êtes prêt à subir la chirurgie. Vous reverrez votre chirurgien afin de réviser le déroulement de l’intervention. La planification chirurgicale est habituellement faite une à deux semaines avant la chirurgie. Des radiographies, photos, empreintes et mesures seront obtenues afin d’aider le chirurgien à planifier votre chirurgie en détail.
  2. Chirurgie orthognatique : on procédera au réalignement du maxillaire et/ou de la mandibule. Cette intervention, qui a lieu dans un hôpital, pourrait nécessiter une à deux nuits d’hospitalisation, suivies
    d’une période de convalescence à domicile de deux à quatre semaines.
  3. Orthodontie post-chirurgicale : elle débutera habituellement entre quatre et six semaines après la chirurgie. L’orthodontiste veillera à l’ajustement de vos dents pendant six à douze mois afin d’optimiser
    l’occlusion (fermeture de vos mâchoires).

Comme vous pouvez le constater, il faut beaucoup de temps pour effectuer ce traitement, qui peut durer d’un à trois ans, voire plus selon la complexité du cas. Du début à la fin, il faudra porter des broches et maintenir une bonne hygiène buccale, tant à domicile que lors
de visites fréquentes chez un professionnel dentaire.